Joël Chapron invité par le Ministère de la Culture du Kazakhstan et le Festival international de cinéma d’auteur Clique Fest

11 novembre à Astana, 12-13 novembre 2016 à Almaty

Joël Chapron, spécialiste du cinéma dans les pays d’Europe centrale et orientale et directeur auprès de l’agence Unifrance du festival Cinéma français d’aujourd’hui qui se tient chaque année à Almaty en partenariat avec les cinémas Arman, se rend au Kazakhstan du 10 au 13 novembre à l’occasion de la troisième édition du festival de cinéma CliqueFest.

Il est aussi conférencier invité par l’Institut de recherche sur la culture du Kazakhstan et prendra part à ce titre le 11 novembre à une table ronde organisée conjointement avec l’Université des arts KAZNUI, au cours de laquelle il présentera les particularités du modèle français de soutien aux industries créatives audiovisuelles dans une perspective française et internationale.

Lors de sa venue à Almaty, M. Chapron participera en tant qu’invité d’honneur à la cérémonie d’ouverture du festival du cinéma d’auteur Clique Fest, jeune festival indépendant et prometteur qui se tient au cinéma « Arman », sous la direction de Nargiz Shukenova et Boris Baïkov. Il présentera deux des films français de la sélection principale, « L’avenir », réalisé par Mia Hansen-Love et « Personal shopper » d’Olivier Assayas. Auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, M. Chapron profitera de cette occasion pour présenter au public kazakhstanais son dernier ouvrage, L’Exploitation cinématographique en France, (titre orignal : « Французский кинотеатр – аншлаг длиною в век »), co-écrit avec Priscilla Gessati, paru en 2016 aux éditions Colibri (Moscou).

Le festival Clique fest bénéficie du soutien de l’Alliance française d’Almaty.

Bibliographie (ouvrages traduits en russe) :
  • Шапрон, Жоэль, Присилла Жессати. Принципы и механизмы финансирования французского кино. Изд. 2-е. КоЛибри  : Азбука-Аттикус, 2013.
  • Шапрон, Жоэль, Присилла Жессати. . Французский кинотеатр - аншлаг длиною в век. КоЛибри  : Азбука-Аттикус, 2016.
Films produits ou coproduits en France qui seront projetés pendant le festival Clique Fest (en VO) :
  • L’avenir (Mia Hansen-Løve, 2016), en présence de Joël Chapron - 12 nov. 2016, à 20:15
  • Personal Shopper (Olivier Assayas, 2016), en présence de Joël Chapron - 12 nov. 2016, à 20:15
  • Quand on 17 ans (André Téchiné, 2016), en présence de Christophe Pécot, Attaché audiovisuel régional en résidence à Istanbul - 15 nov. 2016, à 19h00
  • Victoria (Justine Triet, 2016) - 16 nov. 2016, à 19h10
  • La Fille inconnue (Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne, 2016) - 19 nov. 2016, à 19h10


Biographie :

Né en 1960, Joël Chapron fait tout d’abord des études de russe à la Sorbonne avant d’entrer à l’École supérieure des interprètes et traducteurs (ESIT) de Paris et de devenir interprète de conférence. Il entre simultanément aux Dictionnaires Le Robert (1986-1992) comme rédacteur et correcteur. Il mène parallèlement une carrière de sous-titreur (plus de 80 films en langue russe) et de traducteur de scénarios. Il travaille, dans le cadre de différentes missions effectuées en Europe centrale et en ex-URSS, pour la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), le Centre national de la cinématographie, Europa Cinemas et l’Observatoire européen de l’audiovisuel, et collabore à plusieurs coproductions franco-russes (dont Une vie indépendante de Vitali Kanevski et Est-Ouest de Régis Wargnier).
En 1995, il est nommé responsable des pays d’Europe centrale et orientale à Unifrance, l’organisme de promotion du cinéma français à l’étranger. Il collabore depuis près de vingt ans au Festival de Cannes pour lequel il établit une liste de recommandations de films de l’ex-URSS et des pays de l’Europe de l’Est et fait de même, depuis 2006, pour le festival de Locarno.
Il fut membre du groupe de réflexion sur le cinéma, « l’Exception », parrainé par Le Monde et l’Institut des sciences politiques de Paris (2000-2004), dont les travaux ont été publiés dans trois livres parus chez Gallimard, Le Banquet imaginaire, Voir ensemble et Le Cinéma sans la télévision. Après avoir été pendant plusieurs années chercheur associé au Laboratoire Culture et Communication de l’université d’Avignon, il y a été nommé, par décret au Journal officiel, professeur associé en septembre 2009.
Joël Chapron est l’auteur de nombreux articles, pour la presse française et étrangère, sur les cinématographies des pays de l’Est, d’un article pour le site du Festival de Cannes (en huit langues) sur l’histoire des relations tumultueuses entre celui-ci et la Russie et d’Une (petite) histoire du cinéma kirghize (Culture et Musées n°12, Actes Sud, janvier 2009, également éditée en anglais dans Studies in Russian & Soviet Cinema, Volume 4, Number 2). Il a publié en Russie en 2011 une étude sur Les Principes et mécanismes de financement du cinéma français, en collaboration avec Priscilla Gessati (éd. Azbouka-Attikous, en langue russe ; 2e édition actualisée et complétée en 2013).
Il fut membre de l’équipe de rédaction de la nouvelle édition du Dictionnaire mondial du cinéma (parue à l’automne 2011 chez Larousse), collabore à un ouvrage que dirige Emmanuel Ethis, professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, intitulé Les Belles ténébreuses, une sociologie des stars au cinéma (à paraître chez Armand Colin), et écrit une histoire du cinéma français en Russie et du cinéma russe en France. Il est l’auteur d’un très grand article consacré à Vingt-cinq ans d’industrie cinématographique postsoviétique (CinémAction n°148, « Le cinéma russe, de la perestroïka à nos jours », septembre 2013). En 2014, il traduit Elena : histoire du film d’Andreï Zviaguintsev, publié par les éditions Cygnnet. Il publie en 2016 L’Exploitation cinématographique en France, écrit en collaboration avec Priscilla Gessati (éd. Azbouka-Attikous, en langue russe – en attendant l’édition française prévue pour l’hiver 2016), vient d’achever Moscou et Saint-Pétersbourg mises en scènes, écrit en collaboration avec Christel Vergeade (sortie prévue en France au printemps 2017, éd. Espaces&Signes), ainsi que deux articles revenant sur « L’histoire de l’exploitation cinématographique en Russie et en URSS » dans Cinéma russe contemporain, (r)évolutions (éd. Presses du Septentrion, à paraître fin 2016).
Il donne également des conférences : "Retour sur le cinéma soviétique" (Institut Lumière, Lyon, mai 2012), "Les cinémas russe en France et français en Russie" (Sorbonne, Association des historiens, « La France et la Russie dans l’Europe des XIXe et XXe siècles », juin 2012 ; Moscou, mars 2013), "Une histoire du cinéma russe en France" (Institut Lumière, Lyon, février 2015), "L’Exploitation cinématographique en Russie" (Princeton University, décembre 2015), "L’Histoire dans le cinéma russe" (Ajaccio, juin 2016) ; "Le cinéma roumain" (à venir, Pessac, décembre 2016).
Joël Chapron a été nommé au grade de chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres (septembre 2012) et s’est vu décerner le Prix du meilleur sous-titrage de l’année 2013 pour un film non anglophone (The Major de Iouri Bykov) par l’Association des traducteurs/adaptateurs de l’audiovisuel.