Journée française à Astana Art Fest

Astana Art Fest – WIP Astana, rue Dostyk, 5-9, entre « Keruen » et « Severnoe Siyanie »

Astana Art Fest consacre la journée du 17 septembre 2017 à la France en partenariat avec AF Astana. Nous vous invitons à assister à un cours ouvert de français et à mieux connaître l’histoire du cinéma français, grâce à une rétrospective Georges Méliès, l’un des pionniers du cinéma, qui acte la naissance du cinéma muet en France, ainsi qu’à la comédie de Jean Delannoy « Le Baron de l’écluse » avec dans le rôle principal Jean Gabin.

Entrée libre.

14h00 - Cours ouvert de français dans l’espace de travail collaboratif d’Astana Art Fest (boulevard Nourzhol).

Pour participer au cours, veuillez contacter +7 771 020 01 23.

Les projections de films (WIP Astana, rue Dostyk, 5-9, entre « Keruen » et « Severnoe Siyanie »)

16h00 Rétrospective : Georges Méliès

Le voyage dans la lune – 1902, 14 minutes
Un malheur n’arrive jamais seul – 1903, 3 minutes
Deux cent milles sous les mers – 1907, 10 minutes
Le conte de la Grand-mère et rêve de l’enfant – 1908, 5 minutes

16h30 Discussion avec le public

17h00 Zéro de conduite (Jean Vigo, avec sous-titres anglais) – 1933, 41 minutes

Synopsis :
C’est la rentrée des classes. La vie s’organise dans le pensionnat, rythmée par les chahuts et les punitions. Un soir, les élèves Caussat, Colin et Bruel organisent une révolte dans leur dortoir. Ils entraînent avec eux Tabard, qui a des ennuis avec son professeur de sciences. Le jour de la fête du collège, les mutins ligotent un surveillant et se réfugient sur le toit de l’établissement où ils hissent un drapeau noir.

18h00 L’Aigle à deux têtes (Jean Cocteau, avec sous-titres anglais) – 1948, 97 minutes

Synopsis :
Dans un pays indéterminé (mais qui évoque l’Autriche à l’époque décadente), la reine veuve s’est réfugiée dans les appartements de son château de Krantz. Une lutte de pouvoir s’est engagée avec la grande-duchesse et elle résiste, cernée par des espions. De plus, sa vie est menacée. Précisément, le poète anarchiste Stanislas, pourchassé par les forces de police, car voulant attenter à la vie de la souveraine, fait irruption chez elle au hasard de sa fuite. Passé les premiers émois, Stanislas trouble la reine, car il ressemble étrangement à son défunt époux. Lui est surpris par cette jeune et belle souveraine qui ne ressemble pas à celle qu’on décrit. Un amour fulgurant, intense et insensé va leur faire vivre trois jours passionnés (Stanislas, au péril de sa vie, ira cueillir un edelweiss pour la reine) dans un univers étouffant dont ils s’échapperont de la façon la plus tragiquement poétique (ou l’inverse).

20h00 Le Baron de l’écluse (Jean Delannoy, en français) –1960, 95 minutes

Synopsis :
Le baron Jérôme Antoine, descendant d’un général d’Empire et héros de la Grande Guerre, vit à Deauville d’expédients et de ses relations avec quelques aristocrates fortunés. Son existence ne tient désormais qu’à un reste d’élégance et à son sens du bluff. Le marquis de Villamayor lui a demandé de vendre son superbe yacht. Jérôme revoit à cette occasion un amour de passage, Perle, entretenue par un milliardaire, le prince Sadokkan. Antoine provoque ce dernier aux cartes et se retrouve de fil en aiguille propriétaire du yacht et détenteur potentiel d’une fortune appréciable. Le nouveau riche entraîne Perle à bord du bateau, pour un périple sur les canaux de France en direction de Monte-Carlo. Une panne de carburant et des problèmes financiers imprévus contraignent toutefois le couple à faire escale au bord d’une écluse de Champagne...