Ouverture de festival du "Cinéma français d’aujourd’hui"

Discours de Monsieur l’Ambassadeur de France au Kazakhstan F.Étienne lors de l’ouverture de festival du "Cinéma français d’aujourd’hui" à Almaty

Discours de Monsieur l’Ambassadeur de France au Kazakhstan F.Etienne :

Chers amis,

Pour la sixième édition du festival du « Cinéma français d’aujourd’hui », il est devenu une tradition de nous réunir au cinéma Arman autour de l’idée que le cinéma est un mode d’expression et de création artistique, d’une part, et d’autre part, qu’il se vit et se découvre ensemble sur grand écran, dans le lieu de sociabilité d’une salle de cinéma.

Nous redécouvrons ensemble ce que peut produire le cinéma français, un des plus riches au monde, tant en quantité qu’en diversité, grâce à une politique active de soutien gouvernemental aux industries du cinéma. J’éprouve un grand plaisir à le voir découvrir un peu plus chaque année par un public kazakhstanais visiblement demandeur.

Le paysage du cinéma au Kazakhstan a bien changé depuis le début du festival en 2010. La production kazakhstanaise a repris avec, comme chez nous un soutien gouvernemental. Le cinéma en salle, qui a semblé en voie de disparition, a reconquis les centres villes et les publics. En particulier à Almaty, s’est formé un nouveau public en recherche de cinéma d’art, et nous espérons bientôt à Astana. J’aimerais dire qu’Unifrance a contribué à ces évolutions du Kazakhstan.

Je remercie particulièrement Monsieur Baurzhan Shukenov pour œuvrer, au travers du réseau « Arman », à la diffusion des films au Kazakhstan. Par ailleurs, le festival du « Cinéma français d’aujourd’hui » n’aurait jamais pris corps sans l’initiative et l’engagement de l’agence de soutien au cinéma « Unifrance », dont la directrice générale a justement aussi la mission de fédérer l’offre française à l’export dans le domaine « mieux se cultiver et se divertir » dans lequel la France peut se prévaloir d’un riche savoir-faire. Enfin, nous savons tout le cœur qu’y met un parfait russophone, qui vit et respire avec cette région, M. Joël Chapron.

Je vous souhaite à tous de grands moments d’émotion.

Source de photo http://www.gazeta.kz/